Les affûts à glissement

Les pièces d'artillerie lourde sur voie ferrée (ALVF) sont généralement construites à partir de canons de marine à la vitesse initiale impressionnante, même dès la fin du XIXe siècle. Pour absorber le formidable recul de ces engins, deux procédés ont été utilisés. Premièrement le berceau, à l'exemple des canons d'artillerie de moyen et de petit calibre, où le tube seul recule librement puis est ramené en batterie par l'intermédiaire d'un frein doublé d'un amortisseur. Le frein du "glorieux 75" a assez fait parler de lui pour qu'on ait une idée de la philosophie du système. Dans le cas de l'ALVF, la mise en batterie comportait cependant la désolidarisation de la pièce de ses bogies, sa stabilisation sur le sol par des cales et des vérins puisque l'affût devait rester immobile pendant le tir, et le creusement d'une fosse recevant le déplacement de la pièce sous l'action du recul dans les tirs à forte hausse.

L'autre moyen est l'affût à glissement. Comme son nom le laisse supposer, l'affût entier est entraîné en arrière sous la poussée du recul. On le laisse sur ses bogies pour qu'il roule sur les rails, mais des profilés métalliques sont installés le long de la voie. Des patins abaissés au moment de la mise en batterie et frottant sur ces profilés limitent le déplacement à, au plus, 2 mètres. L'énorme masse de l'affût est elle-même un très bon frein : en l'espèce, la masse totale en mouvement, canon plus affût, atteint 270 tonnes. On doit ensuite ramener après chaque coup la pièce à sa position de tir.

En effet, il faut aussi préciser que, ce genre d'affût n'offrant au tube aucune latitude de pointage en direction, celui-ci ne pouvait être assuré que par déplacement de l'engin le long d'une voie ferrée en courbe, d'un minimum de 150 mètres de rayon, jusqu'à ce que la tangente à la courbe se confonde exactement avec la direction de l'objectif.

Le 340 ALVF tirant sur Neufchâteau était précisément installé sur une courbe de la ligne 38, à présent déferrée, située à 1 500 mètres de la commune de Hombourg.