La glacerie de Franière

Un an plus tard, le terrain sinistré avait été déblayé, ne laissant que la grande cheminée, naturellement épargnée parce que supportant des antennes, et les locaux intacts. Soucieux d’en savoir plus sur la cheminée à cuve annulaire, et donc de parvenir à sa base, nous fîmes une reconnaissance dans les entrepôts absolument vides : ni objets, ni outils, ni marchandises, ce qui se conçoit, mais pas non plus de cheminée…

 

Ces cheminées marquent deux époques. La plus haute est la plus récente et aussi la plus impressionnante pour qui envisage l’ascension de ses quelque 70 mètres, avec ses échelons privés de la crinoline protectrice. La seconde, en revanche, est la plus intéressante, parce qu’elle remonte à la construction de l’usine, mais aussi par la cuve en béton qu’elle comporte.

 

Radicalement décapée au bouteur, l’ancienne usine incendiée n’est plus qu’une dalle aseptisée.

 

 

 

Mais d'où donc germait cette fameuse cheminée ?

Un peu de réflexion nous livra la réponse.

 

Suite.